[Cinéma] Kizumonogatari Partie 1&2

Ces derniers jours étant très chauds voire étouffants, l'humain cherche la fraîcheur où qu'elle soit et une des meilleures solutions est de se rendre dans un endroit climatisé, comme un cinéma. Je me suis donc rendu au Grand Rex, j'étais dans le balcon de la grande salle et, alors que je pensais que nous étions mal placés, je vis un écran énorme sortir du plafond avec un logo bien trop cher et qui explose. Tout ça pour voir la seconde partie de Kizumonogatari.

PS : ici je vais parler des deux premières parties de Kizumonogatari directement.
PS2 : Et le saviez-vous ? J'ai déjà fait un article sur Bakemonogatari.

C836FKizumongatari I Tekketsu-Hen

Date de sortie : 8 janvier 2016

Réalisateur : Akiyuki Shinbo et Tatsuya Oishi

Basé sur un livre de : Nisio Isin

Nationalité : Japonais

Studio : Shaft

Durée : 64 minutes

TW : Sang, Érotisme léger.

Synopsis : Le premier film nous raconte l'histoire de Araragi Koyomi, lycéen très solitaire et franchement anti-social avant les événements de Bakemonogatari, quand il rencontre Hanekawa Tsubasa et la vampire Kiss-shot Acerola-orion Heart-under-blade (que nous appellerons par convenance Kiss-shot).

new-kizumonogatari-2-nekketsu-hen-movie-promo-poster-foldable-japan-anime-f-s-43560b11227a10f5c09c8253f5b263b3Kizumongatari II Nekketsu-Hen

Date de sortie : 19 aout 2016

Réalisateur : Akiyuki Shinbo et Tatsuya Oishi

Basé sur un livre de : Nisio Isin

Nationalité : Japonais

Studio : Shaft

Durée : 69 minutes

TW : Sang, Érotisme léger.

Je vais commencer par ce qui saute aux yeux : la réalisation. Lors du prologue du premier film nous remarquons assez vite que les décors ne sont pas ces grands espaces en 2D hyper colorés que nous connaissons : ils sont en 3D avec un rendu réaliste. C'est un détail avec une grande importance : dans la série comme dans le film, on ne voit pas d'âme qui vive hormis les personnages. Dans Bakemonogatari ils restent chaleureux et vivants grâce aux couleurs utilisées alors qu'ici ces environnements paraissent très froids dans l'ensemble mais aussi bien plus élégants. Cela permet aussi de pouvoir faire des mouvements de caméra bien plus complexes. Je pense notamment à un moment dans le premier film où Araragi descend des escaliers et où la caméra fait des travellings me semblant difficile avec de la 2D, comme rester en gros plan sur le personnage pendant qu'il tourne. D'ailleurs ce mélange 2D (pour les personnages) et 3D renforce l'aspect étrange du film. Pour le reste on retrouve des éléments de la série comme les panneaux de couleur, principalement noir et rouge. On notera qu'ici ils utilisent du français (petite information inutile)

Dans Kizumonogatari, Shaft a une volonté claire de démarquer cette histoire des autres de la série. Comme on l'a déjà vu, cela passe par un changement de l'identité visuelle mais aussi par des nouveaux thèmes musicaux. Ici les opening sont mis à la porte. À la place, durant le générique du premier, on a une musique traditionnelle japonaise lourde et pesante, ce qui met dans une ambiance bien joyeuse. Mais à côté, on a aussi des morceaux très 60's et légers, presque comiques, créant de fait un décalage humoristique, ce qui se remarque particulièrement dans un affrontement du second film.

ss+(2016-08-29+at+03.12.41)

Je parle de direction artistique et je vous entends pester derrière vos écrans. Quid de l'histoire ? Que raconte Kizumonogatari ? Simplement, il s'agit de l'arc Koyomi vamp qui est donc centré sur Araragi et ses relations avec Hanekawa, Kiss-shot et Meme Oshino. La première fois où il rencontre Hanekawa il est bien différent de celui que nous connaissons par la suite, il est anti-social, ne sait pas trop comment parler aux gens et il semble être quelqu'un d'assez déprimé dans l'ensemble. D'ailleurs ses conversations sont parfois embarrassantes, il s'agit d'un adolescent avec une caractéristique assez courante pour son âge : avoir un caleçon qui s'enflamme de l'intérieur, surtout dans des moments inappropriés. Cela donne des situations assez malsaines, comme lors de sa rencontre avec Kiss-shot, où la vampire est démembrée et demande à Araragi son sang. Ce dernier est effrayé par le vampire, mais il réussit tout de même à se montrer intéressé par sa poitrine. Ici on a le problème d'un jeune homme qui visiblement découvre la sexualité sur le tard et qui en fait des tonnes. Un des meilleurs exemple c'est le running gag sur les sous-vêtements d'Hanekawa qui semble énormément intéresser notre protagoniste ce qui donne d'ailleurs le meilleur plan culotte de l'histoire. Quant aux autres personnages, j'en parlerais quand la troisième partie sortira, je ne pense pas que leur développement soit assez avancé pour pour le moment.

L'arc Koyomi vamp est une histoire de vampire et, comme vous le savez tou.te.s, un vampire ne supporte pas le soleil. De se fait une des grandes menaces qui pèsent sur Araragi est cet astre lumineux. Ici, il n'est presque jamais montré clairement sauf durant la scène où Araragi brûle à cause de celui-ci, sa menace est plutôt représentée par le drapeau japonais. Coïncidence ? Je ne crois pas, le Hinomaru représente le soleil, donc ici la présence du drapeau en lui même devient menaçant. L'action de Kizumonogatari se déroule dans des écoles et c'est dans ces lieux que se trouvent les drapeaux. Il est d'ailleurs intéressant de noter que son utilisation dans les écoles fait l'objet de conflits durant ces dernières décennies (tous comme l'hymne national, le kimi ga yo). Ne croyant pas aux coïncidences avec le studio Shaft, on peut voir clairement où ils veulent en venir. Pour Araragi le nationalisme et le conformisme scolaire est un danger et c'est ce qui l'étouffe. Il s'agit en effet de quelqu'un se marginalisant, un solitaire et non-intéressé par la réussite scolaire. Il est l'inverse de ce que le système veut qu'il devienne et c'est un sujet que l'on retrouve en fond dans le reste de la série.

ss+(2016-08-29+at+03.17.09)

Ainsi se termine mon article sur les deux premières parties de Kizumonogatari. Il y a certains points que je n'ai pas traité car j’attends la troisième partie pour avoir assez d'éléments mais en l'état nous avons déjà une œuvre intéressante et riche en idées traitant de l'adolescence, de la découverte des autres et aussi de soi même par rapport aux système. On pourra regretter que parfois certaines blagues à caractère sexuel tirent un peu trop sur l'élastique, mais on n'arrive pas au point où cela gâche le film. Ainsi je vous invite à voir la première partie disponible en téléchargement légal sur Wakanim et on peut supposer que le second film y sera peu avant la sortie du troisième en janvier 2017.

Sur ce, bonne rentrée et cultivez-vous !

Sharksymphonie

 

Sharksymphonie

Shark est un passionné d'animation japonaise de manga et de jeu vidéo. Besoin d'en dire plus?
Pour me contacter:Twitter etMail.

Les derniers articles par Sharksymphonie (tout voir)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *