[Jeux Vidéo] Formula Fusion

Si vous suivez les actualités du jeu vidéo, et notamment celles de Kickstarter vous savez qu'il n'est pas rare de voir des personnes, ayant travaillé sur de vieilles légendes, débarquer pleines de promesses nous contant leur aventure extraordinaire (alors que parfois, sans eux, le jeu aurait tout de même exister) en nous promettant le retour spirituel de la licence chérie, ceci pour des résultats par toujours convainquant, Mighty N°9 en étant une belle preuve d'échec. Donc oui, aujourd'hui, il est question d'un projet Kickstarter ayant avancé dans la tempête et subi un accès anticipé sur Steam, ayant commencé en août 2015 dont il s'est délivré il y a un mois et demi. Bonjour, c'est l'heure du test de Formula Fusion.

Date de Parution : 1 Juin 2017

Développeur / Éditeur : R8 Games Ltd

Consoles : PC

Genre : Course 

Wipeout à l'ancienne 

Une fois la première course faite, le connaisseur sentira comme une vague nostalgie, une espèce de déjà-vu. Après tout le jeu ne cache pas ses intentions et c'est exactement ce qu'il veut : être l'héritier de Wipeout: sensation de flottement, maîtrise des aérofreins assignée aux boutons LB et RB, virage serré et difficile et arme à récupérer sur le chemin. Les courses se déroulent dans un futur un brin dystopique ( pollution de masse et mur USA-Mexique, c'est à la mode) avec de la musique électro qui aurait convenu à un nouveau jeu Wipeout. En d'autres termes, on est à la maison au point où, de base, pour 20€ le jeu a 8 circuits jouables, choses que nous avons accepté beaucoup trop facilement par le passé avec notre série favorite mais ça ne le fait pas, à côté Redout pour 32€ en a 25. Bien sûr, les développeurs promettent du contenu gratuit. Pour quand, tel est la question, c'est très facile de faire des promesses. 

En dehors d'être Wipeout, Formula Fusion a un système de boost se rechargeant progressivement, la particularité étant qu'un fois utilisé, il va se vider entièrement donc plus il est plein plus l'accélération dure, il faut donc être prêt. D'ailleurs, les boosters sur le circuit sont assez spéciaux, quand on passe dessus l'accélération dure longtemps et c'est cumulable, on peut donc ainsi atteindre de grandes vitesses, et ce, dès les modes de difficulté les plus lents. Le jeu incorpore aussi un système d'équipement sous forme de cartes que l'on place dans un set de réglage. Pour faire simple, ces « cartes » vont dans des emplacements concernant telle partie du vaisseau pour modifier ses caractéristiques, elles permettent aussi de choisir et de modifier les 2 armes que l'on a. On récupère des munitions sur le terrain grâce au bonus orange, on ne peut en porter qu'une et elles valent pour les deux armes. Concernant la vie, on a une jauge de santé et de bouclier, celui-ci se rechargeant grâce au bonus violet, les petits hologrammes colorés traînant sur le circuit. 

Le jeu propose 5 modes de jeu dont 3 distincts. Ce qui est peu pour un jeu du genre. On a un contre-la-montre, deux modes de course standard dont un sans arme et 2 courses à éliminations. Celles-ci sont intéressantes : dans la première, le dernier arrivé est éliminé à chaque tour et dans l'autre, après le 1er tour, notre santé baisse et la victoire revient à celui ayant parcouru le plus de distance. Les courses sont assez amusantes, la progression dans le peloton se résumant à un pugilat absurde et brutal et on regrette ici que les bonus violets redonnent trop peu de boucliers. 

De l'ananas sur la pizza

Comme on l'a vu, Formula Fusion a des défauts d'équilibrage et de contenu comme bien d'autres jeux, là n'est pas son problème, ceci est négligeable et sera corrigé à coup de patch, c'est insignifiant même à côté des autres problèmes. 
Déjà, les menus sont peut-être esthétiques ou je-ne-sais-quoi, mais ils sont peu lisibles et ergonomiques, les paramètres organisés n'importent comment, tout est lourd et mal expliqué. Par exemple, quand vous revenez d'une course du mode campagne le curseur revient automatiquement sur la première course de la difficulté jouée, et le déplacement est lent. Encore pire : quand on finit une course en Quick Play on revient au menu principal, c'est du génie. Il y a aussi le problème du garage qui est obscur et qui est un véritable contre exemple d’ergonomie où tout est écrit trop petit, car on a tous d'énormes écrans 4k, c'est bien connu.
Mais là encore, c'est insignifiant, par exemple rien n'est évident en course, quand on vient de Wipeout on se doute bien que le truc bleu sur le circuit, c'est un booster et que le bidule orange, c'est pour les armes, pour les néophytes ça doit être moins évident, et je ne parle pas du machin violet sur le terrain dont je n'ai pas compris à quoi il servait au début tellement il redonne peu de bouclier. En plus, le jeu ne nous donne aucune idée d'où sont nos adversaires : on navigue à l'aveugle pendant les courses sans savoir s'ils sont proches ou loin.

Le Ram'o-tron

Et encore, tout cela n'est rien face au drame qui se joue sous la surface, de quoi faire pleurer dans toutes les chaumières de France et de Navarre : le jeu est une véritable machine à ramer. Formula Fusion est une usine à gaz qui met nos ordinateurs à terre. 
Je suis en train de jouer à 40fps, ce qui n'est pas acceptable, car je suis un gamer PC élitiste qui mange, vit et respire les 60 images par secondes. Je jette donc un coup d’œil aux performances de mon ordinateur pendant que je joue et je suis effaré par l'assassinat du CPU et de la Ram qui se joue devant moi. « Par tous mes saints composants, quelle est cette infamie ?! ». Je trifouillai donc les paramètres et découvris le cauchemar : j'avais beau mettre au minimum les graphismes, avoir un jeu horrible à voir, je restais à 40fps pas stables. Là, je repasse en épique, mais j'enlève la synchro verticale et voilà, on a les 60fps, mais avec un tearring ( des « déchirures » parcourant l'écran, la synchro verticale est là pour ça) rendant le tout injouable. Je cherche donc si je ne suis pas le seul et je découvre que non, le jeu est juste bien trop mal fait pour tourner correctement. Je relance donc Steam selon les conseils de l'équipe de développement et là 50fps à peu près constants.

Dans les faits, maintenant, j'ai découvert que c'est l'IA qui fait autant ramer le jeu. En contre-la-montre, les baisses de framerate sont rares, mais tout de même présentes et le jeu reste un gros pollueur, ce qui explique le fait que je n'ai pas fait de vidéo sur Formula Fusion pour cet article (Eh oui… Déception... ), je pourrais aussi vous parler de la constellation de petits bugs, mais je ne suis pas là pour faire une liste, et l'équipe promet de corriger ça (je ris).

Attention : jeu en chantier, passez votre chemin

Je ne pense pas pouvoir qualifier Formula Fusion autrement que comme un bon gros gâchis. Il sait être un bon jeu, mais il a oublié d'être tout le reste, c'est-à-dire jouable. Si un PC comme le mien galère à mort, la plupart des PC moyens ne peuvent même pas songer à y jouer correctement, c'est une honte. La myriade de petits problèmes infestant le jeu n'aide pas non plus. On dit que le diable se cache dans les détails, et c'est exactement ça. Chaque détail compte et participe tant à la grandeur d'une chose qu'à sa déchéance. Chez R8 Games, ils se sont juste intéressés à faire du Wipeout et le reste a été fait par-dessus la jambe. On voit quelque chose d'assez récurrent chez ce genre de projet Kickstarter : on attend une merveille venant de personnes "connus", forcément si le résultat est juste passable on est grandement déçu, mais si un tel jeu était fait par des petits nouveaux on serait sur les fesses. L'attente joue aussi beaucoup sur la perception que nous avons d'un jeu.
Sur ce, jouez bien et cultivez-vous !

Sharksymphonie

Sharksymphonie

Shark est un passionné d'animation japonaise de manga et de jeu vidéo. Besoin d'en dire plus?
Pour me contacter:Twitter etMail.

Les derniers articles par Sharksymphonie (tout voir)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *