[Cinéma] Les sorties Ciné/DVD de la semaine (04/04 – 10/04)

Bonjour à toutes et à tous ! 

Un biopic qui montre toute la lâcheté de Bush, un feel good movie, une dystopie avec Tom Hiddleston à poil : regardons ensemble les sorties Ciné/DVD (et Blu-ray mais DVD c'est vintage) de la semaine ! Garanti sans navet. 

Sorties en salle

Truth

f15d409ef0d2dd66517a60e998226f3b74edbf29Réalisateur : James Vanderbilt

Nationalité : Américain

Casting : Cate Blanchett, Robert Redford, Elisabeth Moss, Topher Grace

Genre : Drame, Biopic

Synopsis : L'histoire vraie de Dan Rather, présentateur vedette sur CBS, et de sa productrice Mary Mapes qui, avec une équipe d'enquêteurs, ont déclenché la polémique en publiant un reportage prouvant que George W. Bush a tenté d'échapper à ses obligations militaires et à la guerre du Viêt Nam.

TW : sexisme

Scénariste des Amazing Spider-Man de Marc Webb, de White House Down (Roland Emmerich), de Zodiac (David Fincher) et du futur Independance Day Resurgence (toujours du copain Emmerich), James Vanderbilt a choisi le genre du biopic pour réaliser son premier film. Basé sur un épisode très intéressant de la présidence Bush, le film n'est pas sans rappeler Spotlight sorti cette année. Il faut donc espérer que Truth aborde également les questions du rôle du journalisme d'investigation et de la pression dont peut faire preuve un État pour éviter d'être éclaboussé. Espérons également que James Vanderbilt nous offrira une réalisation un peu plus inspirée que Tom McCarthy avec Spotlight

 

Demolition

191620.jpg-r_1280_720-f_jpg-q_x-xxyxxRéalisateur : Jean-Marc Vallée

Nationalité : Américain

Casting : Jake Gyllenhaal, Naomi Watts, Chris Cooper

Genre : Drame

Synopsis : Davis, banquier d'affaire, sombre petit à petit après la mort de sa femme dans un accident de voiture. Un jour, il envoie une lettre de réclamation à une société de distributeurs automatiques, il renouvèle l'expérience, tout en livrant à chaque fois ses souvenirs. Intriguée par ces courriers, Karen, responsable service client, va tenter de tirer Davis du gouffre.

TW : mort, dépression

Abordant les questions du deuil et du besoin de tout envoyer chier (à peu de choses près) pour pouvoir se reconstruire, Demolition semble s'orienter vers le bon vieux feel good movie, le genre de film qu'il est nécessaire de voir au moins une fois par mois pour garder le sourire ! Avec Vallée (Dallas Buyers Club) à la réalisation et Gyllenhaal (Southpawn) dans la peau du personnage principal, les choses promettent d'être savoureuses ! C'est en vivant la même situation d'apathie et d'envie de faire table rase du passé que le scénariste Bryan Sipe a donné naissance à cette histoire. À noter que le scénario se trouvait sur la Blacklist de 2007, une liste des meilleurs projets qui n'ont pas encore été portés à l'écran. Si avec tout ça vous préférez toujours aller voir Les Visiteurs 3, alors tout est perdu !

 

High-Rise

high-rise-posterRéalisateur : Ben Weatley

Nationalité : Britannique

Casting : Tom Hiddleston, Jeremy Irons, Sienna Miller

Genre : Drame, SF

TW : alcool

Synopsis : Le Dr Robert Laing emménage dans un immeuble de 40 étages près de Londres. Le I.G.H (immeuble de grande hauteur) a donné naissance à une société dystopique, hiérarchisée en fonction de l'étage que les habitants occupent et dont l'alcool est devenu monnaie d'échange. La santé mentale de Laing se détériore en même temps que l'immeuble.

J'ai d'abord vu Tom Hiddleston (le passage où il est dans le plus simple appareil, ahem...), puis le principe du film et c'est devenu ma plus grosse attente de la semaine. Il s'agit d'une adaptation du roman éponyme de J.G. Ballard, maître de la SF à qui l'on doit notamment L'Empire du Soleil qui a également été adapté au cinéma (par Spielberg, excusez du peu). Il y a beaucoup à attendre d'un film dépeignant une société si archaïque dans un lieu aussi restreint ! Ben Weatley fera peut-être enfin ses preuves, sa filmographie n'étant pas des plus convaincantes pour le moment... 

 

Sorties DVD

Made in France

371381.jpg-r_1280_720-f_jpg-q_x-xxyxxRéalisateur : Nicolas Boukhrief

Nationalité : Français

Casting : Malik Zidi, Dimitri Storoge, François Civil

Genre : Thriller

TW : terrorisme, sang

Synopsis : Un journaliste indépendant décide d'infiltrer les milieux intégristes de la banlieue parisienne et se lie avec un groupe de jeunes qui doivent créer une cellule djihadiste pour perpétrer une attaque à Paris. 

 

J'avais déjà évoqué les déboires qu'avait subi le film de Nicolas Boukhrief, entre campagne de com' annulée, date de sortie repoussée, déprogrammation des salles, tout le contexte qui entoure le film est déjà une raison pour se le procurer. Pour ce qui est du métrage, il s'agit d'un vrai film de genre français (chose trop rare hélas) et d'un bon thriller ayant une vision particulière de son époque et de son pays. Deux points viennent cependant noircir le tableau : le fait que le héros soit blanc (les bad guys étant donc non-blancs, c'est très maladroit) et le rythme qui est bien trop souvent plat. Il en reste un film à voir tant il est particulier. 

Son of Saul (-12 ans)

592916.jpg-r_1280_720-f_jpg-q_x-xxyxxRéalisateur : László Nemes

Nationalité : Hongrois

Casting : Géza Röhrig, Sándor Zsótér, Marcin Czarnik

Genre : Drame, Historique 

TW : Shoah, mort, sang

Synopsis : Octobre 1944, Auschwitz-Birkenau. Saul Ausländer est membre du Sonderkommando, un groupe de prisonniers juifs forcés d'aider les nazis dans les exterminations quotidiennes du camp. Un jour Saul découvre le cadavre d'un garçon qui a les mêmes traits que son fils. Tandis qu'une révolte se prépare, Saul décide d'offrir une vraie sépulture à l'enfant.

Oppressant, dur mais pas cru, László Nemes évite tout voyeurisme. Sa mise en scène est recherchée, offrant une esthétique qui ne peut laisser indifférent. Cela se retrouve par exemple dans le travail sur le son (grâce à l'ingé-son Tamás Zányi) : brut mais complexe, rendant compte de l'usine à mort qu'était ce camp et de toutes les nationalités s'y trouvant. Le son vient parfois remplacer l'image qui parfois "doit manquer" d'après Nemes, rien n'est policé, tout est traité de manière brut. Son of Saul se centre sur les Sonderkomando, groupe souvent oublié des livres d'Histoire, et nous plonge ainsi dans la vérité sidérante de ces victimes forcées d'aider leurs bourreaux. On en ressort éreintés, oppressés, mais enrichis par une expérience esthétique et historique aussi forte. La chose est d'autant plus forte qu'il s'agit pour Nemes de son premier long métrage.

Pour finir...

Trois sorties en salle et deux DVD, votre semaine cinéma est bien remplie ! Évitez Les Visiteurs 3 et Gods of Egypt qui sentent le bon vieux navet du terroir, après tout, quand on va au cinéma, c'est pour se faire plaisir ! Cultivez-vous ! 

Ipemf

Ipemf
Suivez-moi !

Ipemf

Franc consommateur du 7e art. Mais pas que. Mais surtout de cinéma. Et je suis le patron de ce site. Carrément ouais.
Ipemf
Suivez-moi !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *