[Jeux Vidéo] Dear Esther

Chère Esther,

Pour la première je t'ai parlé aujourd'hui. Ne m'en veux pas s'il-te-plaît d'avoir pris mon temps ! Vois-tu, je t'ai rencontrée non pas seule à seul mais entourée d'autres personnes qui, de prime abord, m'ont parues plus intéressantes. Quelle erreur de ma part d'avoir cru cela, là où je voyais une absence de caractère il ne s'agissait que de timidité due sans doute à tes particularités qui n'aident pas lorsque l'on souhaite se révéler...

C'est ainsi, un peu par hasard je dois l'admettre, que j'ai souhaité t'aborder afin d'entamer une véritable conversation. Et à partir de ce moment, tu t'es ouverte et a commencé à me narrer ton histoire atypique sans me demander si je le souhaitais ou si je te connaissais déjà. Cette entrée en matière m'ayant déstabilisé, je t'ai laissée faire. Tu as ainsi commencé par me montrer le port où s'est amarré le bateau qui t'a permis de rejoindre cette île et à me réciter les lettres qui t'ont amenée ici que tu connaissais pas cœur. Ah ! Ces lettres Esther, qu'elles étaient belles ! Comment puis-je oser espérer leur rendre hommage au travers de cet écrit fade à côté ? D'ailleurs ces lettres sont la seule et unique chose qui t'ont fait avancer, comme si tu savais où aller, comme si l'île avait tracé un chemin pour ton voyage dont tu refuserais de t'écarter de peur de ne pas atteindre ton but. Tu m'as raconté tout cela et en même temps j'étais subjugué par ta beauté et ta grâce. Je voyais chaque détails de ton récit comme si j'y étais, je te voyais évoluer dans ces cavernes, ces prairies et ces plages me rappelant mes vacances d'enfant. Je te voyais et je m'émerveillais des reflets sur ta peau et de l'harmonie de ton corps. Les mauvaises langues diront que tu as, ça et là, des traits un peu grossiers, mais ce serait refuser de voir que corriger ces défauts, paradoxalement, te nuirai et t'éloignerai de la beauté que tu as atteinte.

Au fur et à mesure que tu parlais, le son cristallin de ta voix rappelant la musicalité d'un violon ou d'un piano, couplée aux imitations de tes lettres adorées et la légère dissonance apparaissant ponctuellement à cause de ton stress m'ont envoûté. C'est ton histoire et la façon que tu as de la raconter est sans aucun doute la meilleure qui puisse être. Je te voyait évoluer dans l'espace, te déplaçant afin d'accentuer telle ou telle spécificité de ton récit. J'aurais pu, à n'importe quel moment, intervenir, t'arrêter dans ton élan, t'obliger à me raconter autrement, voir même refuser que tu me racontes ton histoire. Mais je n'ai pas pu, je t'ai écoutée tout m'expliquer d'une seule traite sans que je ne puisse détacher mon regard de ta personne. Et lorsque tu as fini...

Excuse-moi, je ne sais comment terminer cette dernière phrase pour qu'elle rende parfaitement de ce que j'ai ressenti, cela me paraît impossible... J'en suis ressorti ému et abasourdi, mais pas seulement vois-tu. Alors que, sous l'emprise de ton récit, je pensais comprendre ce que tu voulais me dire, ta conclusion en a décidé autrement. Tu as refusé de m'expliquer et tu es partie, peut être définitivement. Comme toujours, dès qu'une personne est mystérieuse, les gens vont essayer de comprendre, de décrypter tes paroles, de comprendre ta pensée. Ils trouveront des explications, des arguments, des preuves à leurs allégations et tenteront de me convaincre que je n'ai pas compris ce que tu avais accepté de me raconter ! Mais ces gens se trompent ! Ton histoire a un sens, j'en suis persuadé, tu m'as raconté cela pour m'expliquer quelque chose, mais cette chose sera perçue différemment par chacun. Il n'existe pas une bonne explication et des centaines de fausses, il n'existe que des sentiments que tu as fait ressentir à chacun à qui tu as raconté cette même histoire et une interprétation à partir de ces sentiments. Quand bien même tu m'expliquerai toi même la signification de tes paroles, je ne pourrai jamais m'empêcher de voir autre chose en plus, relatif à chacun.

Esther, le sais-tu, j'ai entendu des gens médire de toi. Illes disent que tu ne parles pas assez. Il est déjà assez compliqué de te voir et ils seraient donc frustrés que tu ne leur accorde qu'une heure et demi de ton temps. Ils ont tort hein ? Toi aussi tu te dis qu'un récit ne se mesure pas à sa durée mais à sa qualité ? En tout cas je l'espère, sinon cela signifierait que tu es malhonnête, ce qui m'attristerait fortement...

Si j'espère avoir la chance de te reparler un jour, ce n'est malheureusement pas sûr... Cependant j'ai dit à tous mes amis qu'ils devaient te rencontrer au moins une fois pour écouter ce que tu avais à dire, que ça valait le coup ! J'ai ouï dire qu'il y en avait pour oser appeler ton récit un jeu, je doute qu'illes ne t'aient parlée une seule fois. Tu ne joues pas, tu provoques des sensations chez celui ou celle acceptant de te parler et chez moi, sache ça a complètement fonctionné. Ton souvenir demeurera un bout de temps je pense...

Bien à toi très chère Esther

Duno

 

Duno

Fondatrice de la Colonie et souvent vindicative. Jeux vidéo, politique et musique sont mon quotidien et ma principale source d'inspiration.
Vous pouvez me contacter sur Twitter et par mail.

Les derniers articles par Duno (tout voir)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *