[Cinéma] All Together Now (2020) – Les riches, ces généreux sauveurs.

Quand un dimanche après-midi, je choisis de regarder un teen movie en vogue sur la page d’accueil de Netflix, je sais que j’ouvre une boîte de chocolats dont plus de la moitié sont douteux, mais que je vais manger quand même.
Comme lorsque j’ai vu Love Simon (2018) qui promettait de mettre en valeur une romance gay, mais qui a fini par excuser trop facilement l’outing forcé sur grand écran — comme lorsque j’ai vu Tall Girl (2019), qui promettait de dénoncer l’oppression d’une adolescente harcelée, mais qu’il s’avère que c’était un personnage blanc et privilégié — je m’attendais bien ce dimanche-ci à tomber sur un film censé traiter de la grande précarité, mais qui tomberait dans le travers du riche sauveur.

Date de sortie : 28 août 2020

Réalisateur : Brett Haley

Avec : Auli'i Cravolho, Carol Burnett, Justina Machado

Genre : Drame, Comédie

Nationalité : Américain

Synopsis : Amber Appleton vit secrètement à l'arrière d'un bus scolaire après avoir été virée de chez elle par le petit ami de sa mère. Mais un drame va mettre à rude épreuve l'optimisme débordant d'Amber.

TW/CW : Mort

All Together Now (2020), c’est l’histoire d’une jeune ado, Amber, qui vit dans un bus. Quand on débarque dans l’intrigue, elle et sa mère ont fui le domicile du beau-père violent. Amber cache cette situation à ses ami-es, à ses enseignant-es et à l’ensemble des gens qu’elle aide tous les jours. Parce que oui, elle travaille tout le temps, elle donne de son temps et est une chanteuse vraiment très douée. D’ailleurs, bien sûr, elle est invitée à auditionner pour une prestigieuse école.
Malheureusement, très vite, sa mère décède dans un accident de voiture, et Amber renonce à se rendre à l’audition pour travailler encore davantage afin de payer l’opération vétérinaire de son chien malade.
Et c’est là qu’All Together Now commence à poser problème : Amber est têtue. Amber refuse tout l’argent et toute l’aide qu’on lui propose. Et Amber veut travailler pour y arriver.

L’indécence se dessine à plusieurs niveaux.
Elle se ressent d’abord quand le film juxtapose la précarité d’Amber au luxe de la maison de campagne de son crush — non pas que ce soit une mauvaise idée en soi, mais cela semble bien être une manière de nous montrer à quel point son ami est riche, et de nous faire remarquer tout autant à quel point Amber refuse toujours de lui demander de l’argent et d’accepter son aide.
Elle se ressent encore quand l’ensemble de ses cercles de connaissances organisent un événement caritatif dans le but de rassembler les fonds pour sauver Bobby le chien. C’est le moment précieux de l’intrigue qui invite le personnage principal à enfin accepter l’aide de ses fabuleux et riches ami-es.

Elle se ressent enfin quand — en guise de plot-twist final — une vieille dame, riche et blanche, à qui Amber tient compagnie tous les week-ends, lui fait un don soudain de 200 000 dollars. Cette fois-ci, j’entends carrément les scénaristes me murmurer : « Regarde, elle, elle est encore plus riche que tous les autres et grâce à Amber elle réalise qu’elle n’a pas besoin de tout cet argent ».
C’est beau, et indécent.

Le niveau le plus insidieux de cette indécence se situe dans le placement du film sur le marché. C’est un teen movie feel good, considérablement mis en avant cet été sur Netflix, et cela le rend d’autant plus dangereux qu’il est oubliable, et qu’il ne suscite pas le débat.

Pourquoi ce choix de créer encore une histoire qui s’attarde à présenter la précarité comme un chronique choix têtu ? Certainement parce que présenter les riches comme de généreux sauveurs — que l’on refuse d’écouter, ou dont on ignore l’épargne à sept chiffres — c’est la plus facile façon de conclure un heureux teen movie.

Niléane

 

Cet article est une contribution exceptionnelle : Le Porte-Voix l’héberge, gratuitement, à la demande de son autrice.
Nous pouvons porter votre voix !
Si vous aussi vous souhaitez faire héberger occasionnellement vos articles, sans autre conditions que le respect de notre charte, contactez nous sur Twitter.

Les derniers articles par La Criée (tout voir)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *