Les Poissons de l’années de Shark – édition 2017

Bonjour à toutes et à tous ! L'heure des bilans est arrivée et pour ma part, cette année encore, je me permets de faire mon petit bilan vidéo-ludique en distribuant des poissons plus ou moins frais. Dans l'ensemble, c'était une bonne année avec un retour en force des RPG japonais ce qui m'a fait grandement plaisir. Pour rappel, il s'agit de jeux sortis en France en 2017.

Le poisson de l'année : Nier Automata

Square Enix & Platinium Game. PC/PS4.

Je ne pense pas être le seul à en parler cette année mais, pour moi, il s'agit du meilleur jeu de 2017. Le RPG de Square Enix nous conte l'histoire de divers androïdes se battant dans une terre où l'humain n'est plus contre des formes de vie mécaniques. Ces êtres artificiels sont sûrement les choses les plus humaines que j'ai vues dans un jeu. Le nouveau Nier nous emmène dans une histoire complexe et prenante et, une fois passé le 1er acte, il est difficile d'en décrocher : on a envie de tout faire même si on n'a pas le temps. Nier Automata est une merveille d'écriture et cela fait bien longtemps qu'un tel jeu ne m'avait pas autant captivé. 

Les poissons de la surprise 

Poisson d'or : Tales of Berseria

Bandai Namco. PC/PS4.

La série de Tales of s'était un peu vautrée ces dernières années entre des jeux sans inspiration et oubliables et des tentatives de renouveau assez ratées. De plus, le jeu du « changement » qu'était Zestria s'est avéré être une gentille déconfiture. Mais enfin, le voilà ! L'épisode avec lequel on peut dire « le changement, c'est maintenant » est arrivé ! Berseria est une entrée rafraîchissante dans la série avec son héroïne badass, qui n'a pas le temps de niaiser et son système de combat dynamique qui donne enfin un coup de pied magistral dans la formule classique que les fans connaissent par cœur. Ce jeu est une énorme friandise pour les passionnés de JRPG lassés par des jeux qui sont les copies conformes du précédent, c'est un titre qui vaut son prix et votre temps.

Poisson d'argent : Mario et les Lapins Crétins : Kingdom battle

Ubisoft & Nintendo. Switch.

Annoncé en grande pompe par Ubisoft à l'E3, le jeu avait fort étonné. En même temps, il était logique de penser qu'un crossover entre Mario et les lapins insupportable français donnerait un Party-Game moyen. Mais nous voilà avec un très bon RPG tactique au tour par tour à la XCOM. Intelligent et très gratifiant, le jeu est une vraie réussite. On notera d'ailleurs que dès qu'Ubisoft a Mario entre les mains, il doit tirer sur des trucs. Je crois qu'il y a un pattern.

Le poisson de la haine : The End is Nigh

Edmund McMillen & Tyler Glaiel. PC, Switch.

 

Je me souviens encore de la hype que le dernier jeu de Mac Mullen avait créée chez moi. Naïf comme j'étais, je crus voir un jeu simplement exigeant et retors à la Meat Boy. Là où son précédent jeu était exigeant à l’extrême, The End is Nigh est juste haineux envers le joueur. Passé le 3e monde, j'ai senti la colère monter en moi à plusieurs reprises au point de rage quit le jeu, ce qui m'arrive assez rarement. Encore aujourd’hui, je n'arrive pas à en voir le bout tant il me frustre, mais ne vous y trompez pas, ça reste du très bon jeu vidéo. Précis et punitif The End is Nigh est taillé pour les acharnés, ceux qui sont prêts à prendre leur punition gratuitement et à tout moment. 

Les poissons du remake 

Poisson d'or : Metroid : Samus Returns

Nintendo & MercurySteam. 3DS.

 

Cela faisait 7 ans qu'on attendait un retour de Samus et, cette année, Nintendo nous en annonce deux à l'E3, ce qui était un peu Noël avant l'heure. L'un est déjà sorti sur 3DS et il s'agit d'un remake de l'oublié Metroid 2 sorti sur la Game Boy en 1992. Celui-ci ayant pris un vilain coup de vieux, le remake avait la tâche de le refondre entièrement tout en incluant les particularités qu'avait le soft. Et ça marche : on se retrouve ainsi avec un des meilleurs épisodes 2D de la série qui nous permet de suivre dans des conditions optimales l'histoire de Samus entre le tout 1er Metroid et Super Metroid. C'est un réel plaisir de voir Samus nous revenir en forme, pas comme un certain renard de l'espace.

Poisson d'argent : Fire Emblem Echoes : Shadows of Valentia

Nintendo. 3DS.

Encore un remake d'un jeu de 1992 : Nintendo aime visiblement bien cette année. FE:Echoes est une refonte de Fire Emblem Gaiden qui est exclusif au Japon. Ici, la firme a gardé le système de jeu qui est loin des FE modernes : pas de triangle d'arme, des archers tirant fort loin, des mages utilisant leur vie pour la magie et, au passage, un soupçon d'exploration. On pourra râler sur certaines cartes qui finissent trop vite en bataille de Verdun, mais dans l'ensemble, les combats sont prenants et stressants. De plus, le jeu s'est offert un joli lifting et maintenant, il a la classe. FE:Echoes est une épopée parfaite pour la 3DS.

Le poisson du bug : Formula Fusion

R8 Games. PC.

J'en avais parlé, c'est ce fameux jeu qui voulait être Wipeout avec une finition et une optimisation plus que lamentable. Le jeu a bien été mis à jour depuis mon test, la liste de correctifs longue comme le bras prouve qu'il en avait bien besoin, mais ça reste une usine à charbon qui rame dès qu'il y a plus de 4 IA. Il est quand même déplorable de sortir un produit terminé à l'urine après un passage par l'early access.

Un poisson en retard: Odin Sphere Leifthrasir

NIS America & Vanillaware. PS4/PSVita.

En fait, quand je disais que je ne parlerai uniquement que de jeux sortis en 2017, j'ai menti. C'est mal. Mais j'avais très envie de parler du remake d'Odin Sphere qui est sortit l'an passé. Il s'agit d'un Action RPG de Vanillaware avec une 2D magnifique et des combats nerveux et dynamiques. La narration est séparée entre 5 personnages différents dont les chemins se croisent. L'histoire est passionnante et on se retrouve à suivre ce comte épique avec un grand intérêt. C'est un véritable petit bijoux plein de charme dont on pardonne aisément ses légères erreurs. 

Un poisson fort salé: Star Wars Battlefront 2

EA. PC/XBOX1/PS4.

Voilà ce que je retiens de mon année en matière de jeux vidéo. Mais avant de vous laisser, je tiens à parler rapidement de l'affaire Star Wars Battlefront 2. Pour rappel, le jeu a suscité un tollé quant à ses loot box, rendant le jeu Pay to Win. Ce qui est triste, c'est qu'avant cette histoire, je voulais y jouer. Je suis donc assez dégoutté de voir ce qu'a fait EA d'un jeu aussi prometteur et il serait temps que les éditeurs arrêtent de nous prendre pour des vaches à lait.

 

J'en ai fini de distribuer mes poissons, il est l'heure pour moi de vous souhaiter une bonne année. Et surtout n'oubliez pas : en 2018, Cultivez vous !

[CW Nourriture] Bonus :
L'image alternative de cet article

Merci à Unfl0w !

Sharksymphonie
Article corrigé par Ipemf

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *