[Cinéma] Les Gardiens de la Galaxie Vol. 2 – Taxe sur l’héritage ?

What's up les gens !
Il est grand temps de sortir de ma grotte (c'est ainsi que j'appelle un concours d'entrée en école) pour reparler de cinéma, et quoi de mieux que la suite des aventures de l'équipe de bras cassés que sont les Gardiens de la Galaxie pour se remettre en jambe ? (c'est une question rhétorique bien évidemment)

Réalisateur : James Gunn

Casting : Chris Pratt, Zoe Saldana, Dave Bautista, Michael Rooker, Kurt Russel

Genre : Super-héros, SF, action, comédie

Synopsis : Les Gardiens de la Galaxie Vol.2 poursuit les aventures de l'équipe alors qu'ils traversent les confins du cosmos. Les Gardiens doivent se battre pour que leur nouvelle famille reste ensemble tandis qu'ils cherchent à percer le mystère de la véritable filiation de Star-Lord.

TW : Mort, torture, aiguilles, mutilation, maltraitance infantile

Le premier volume des aventures des Gardiens de la Galaxie avait réussi à apporter de la fraîcheur dans le Marvel Cinematic Universe avec cette équipe iconoclaste (même si c'était assez gentillet par rapport aux comics), cette esthétique originale par rapport à l'aspect bien terne des Avengers et ces scènes de batailles extraordinaires pour un film "stand alone" (au sens où il ne s'agit pas d'un épisode d'Avengers). Le but de ce 2e opus était donc de conserver cet héritage (après tout, c'est un peu le thème ici) tout en élargissant les horizons de cet univers et en développant bien plus les personnages (ce qui était l'un des points faibles du 1er).

James Gunn

James Gunn aime ses personnages, cela se sent tout au long du film. Pour les développer (qu'ils soient pré-existants ou nouveaux), il nous propose un jeu de miroir/duo se composant d'un membre originel et d'un autre personnage : Star-Lord et Ego, Rocket et Yondu, Drax et Mantis, Gamora et Nebula. Ce principe permet donc d'ajouter de la profondeur à chacun et de développer leur passé et leurs motivations. Cela donne parfois un résultat hilarant comme le duo Drax/Mantis qui est tout bonnement génial du fait qu'ils sont inadaptés socialement. Chaque groupe a suffisamment de place pour être développé convenablement et permet ainsi d'amener le thème principal : la filiation (nous reviendrons dessus plus tard).
À noter que cette équipe semble bien plus solide que les Avengers qui n'ont techniquement jamais eu suffisamment de temps pour être présentés comme un groupe unis. Ici on sent que les Gardiens ont un passif, qu'ils ont vécu nombre d'aventures et qu'ils ont une assez bonne cohésion, tandis que l'équipe "terrienne" avait une forme de complémentarité uniquement quand il s'agissait de faire des petits combo en combat.
Ce Gardiens de la Galaxie Vol. 2 arrive à transmettre des émotions qui manquaient bien souvent dans le MCU : de la mélancolie voire même une tristesse bien réelle. Mélancolie tout d'abord du côté de Peter Quill qui arrive au bout de sa quête d'origines, redevenant celui à qui on a arraché son enfance de manière brutale et qui se retrouve tiraillé entre plusieurs figures paternelles. La performance de Chris Pratt permet d'avoir un réel attachement au personnage. Il y a un autre point à évoquer mais celui-ci devra être en balise spoiler :

Attention spoiler SélectionnerRévéler

L'arc autour des Ravagers est étonnamment violent.

Si tout cela est agréable à voir et permet un enrichissement de l'univers, les problèmes sautent aux yeux bien vite.
Le premier est récurant dans le MCU : le rythme et l'évolution narrative. Si le premier Gardiens de la Galaxie avait réussi à monter une intrigue solide autour d'un axe principal autour duquel gravitait plusieurs problématiques qui se rejoignaient progressivement, ici c'est bien moins évident. Notons tout d'abord ce qui a été un problème dans bien des films de la franchise : l'humour. Évidemment, il y a des passages excellents (point spécial à Yondu qui se prend pour Mary Poppins) mais pour une blague drôle, il y en a le double qui cassent le rythme ou qui sont abusivement étirées jusqu'à l'indigestion.
Le gros du problème se trouve au niveau de la mise en place des intrigues et de leurs révélations progressives. Les ficelles sont évidentes et certaines révélations sont faites d'une manière telle qu'on ne peut que mettre l'étiquette "crétin absolu" sur le crâne des personnages qui les font. Ainsi, l'intrigue Gamora/Nebula ne peut être vu que comme un cheveu sur la soupe tant il est amené de manière aléatoire et ne sert finalement pas à grand chose si ce n'est être une moteur scénaristique supplémentaire sans réelle portée alors qu'il aurait été aisé d'en faire l'intrigue qui construirait des ponts avec le reste du MCU (sujet totalement absent du film).
Tous ces points mis bout à bout donnent lieu à une bataille finale si décevante comparée à la jouissance de celle du premier opus. L'héritage de ce dernier n'a pas su être utilisé de manière intelligente, le cahier des charges l'emportant encore une fois sur le sens et les idées que doit transmettre un réalisateur, celui-ci n'arrivant toujours pas à faire plus que du joli, la réalisation étant bien trop souvent fonctionnelle.

À mon sens, Les Gardiens de la Galaxie Vol. 2 est un bon film Marvel (voire très bon), très divertissant mais il aurait pu être l'un des meilleurs s'il n'était pas tombé dans les pièges habituels du MCU et si son scénario avait été autre chose qu'un simple largage d'intrigues que l'on tente tant bien que mal de coudre à un axe central bancal.

Les Gardiens de la Galaxie Vol. 2 a visiblement souffert d'une grosse taxe sur l'héritage par rapport au premier opus. Au moins, l'équipe a terminé sa phase de développement et sera très agréable à voir dans Avengers Infinity War. Reste à savoir maintenant ce que la production cherchera à faire pour les Gardiens de la Galaxie Vol. 3 (le personnage de Stallone aura peut-être une grande importance), dans tous les cas il serait peut-être profitable pour l'équipe d'explorer des ambiances moins "gagesques" pour gagner en profondeur.

Sur ces bonnes paroles, il ne me reste plus qu'à vous donner rendez-vous pour un prochain article.
En attendant, cultivez-vous !

Ipemf

Ipemf
Suivez-moi !

Ipemf

Franc consommateur du 7e art. Mais pas que. Mais surtout de cinéma. Et je suis le patron de ce site. Carrément ouais.
Ipemf
Suivez-moi !

One thought on “[Cinéma] Les Gardiens de la Galaxie Vol. 2 – Taxe sur l’héritage ?

  1. Pour ma part, je suis d’accord avec cet avis mais j’irai même plus loin, cet opus est une petite déception. Le premier Gardiens est mon film favori du MCU parce qu’il arrivait à offrir quelque chose de nouveau pour la franchise, j’attendais donc énormément sa suite et c’est aussi la raison pour laquelle elle m’a déçu. Gardiens Vol. 2 fait du Gardiens. Je trouve l’image du cahier des charges parfaitement justifié . Le premier avait des blagues? On en remet. Un bande-son rétro ? Idem. Des persos en décalage avec le monde dans lequel ils vivent ? Il y en a encore plus. Sauf que là où le premier était parfaitement dans le ton (son ton), ce second volume flirte beaucoup trop avec la limite et il arrive parfois qu’il la traverse et donne des vannes de mauvais goût ou des situations dont je me fous totalement et qui alourdissent le rythme du film. D’ailleurs le rythme lui-aussi est très bancale. L’intrigue entre Starlord et son père se met très lentement en place et il a bien fallu à un moment que je me rende à l’évidence, c’est autour d’elle que s’articule tout le film et rien ne viendra nous en sauver. Finalement, cet opus m’a surtout permis de me rendre compte que Gardien est une franchise Marvel comme les autres et qu’ils la traiteront comme toutes les autres. Je sais déjà que je n’attendrai pas le troisième film (déjà annoncé) comme j’ai pu attendre le deuxième car c’est le meilleur moyen pour que lui-aussi me déçoive.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *