[Série] Game of Thrones Saison 6 : Ah bah voilà !


Attention :
l'article suivant évoquera des sujets durs, à l'image de la série traitée.
TW : Mort, sang, viol, alcool, suicide.

Souvenez-vous il y a un an je tentais tant bien que mal de défendre la cinquième saison de Game Of Thrones tout en concluant par quelque-chose que depuis je me suis promis de ne plus jamais faire : reparler de la série avec la saison six (règle n°75 des internet : ne jamais faire de promesse). Je vais donc, avec tout l’honneur qu’est le mien, tenir cette promesse et revenir sur cette saison dans la joie et la bonne humeur ! (deux choses qui définissent parfaitement cette série n’est-il pas ?)
Précision évidente et cependant nécessaire, ça va spoiler sa mère et ce sera complètement NSFW ! (restons dans le ton jusqu’au bout)

game-of-thrones-saison-6-episode-5-the-door

De mémoire, seule la saison 4 avait autant satisfait les fans de la série et même cette dernière est, sur certains point, en dessous de la saison 6. Pourtant on revient de loin avec la précédente qui avait été très largement décriée pour son soit disant manque d’action et sa lenteur. Aujourd’hui il ne faut pas oublier que sans la lenteur de la saison 5, on aurait pas pu poser convenablement tout ce que nous avons pu voir ces dix dernières semaines. Il ne faut pas oublier qu’une série s’aborde comme un tout, quand bien même elle n’est pas achevée. Il est par exemple difficile de juger un épisode seul tant il fait partie de ce savant tout, c’est pourquoi nous pouvons aujourd’hui remercier les scénaristes d’avoir autant pris leur temps pour bien poser les bases de cette nouvelle phase de Game of Thrones dans laquelle nous sommes actuellement depuis la mort de Tywin Lannister. Pour rester sur cette question du rythme, il faut reconnaître que cette fois-ci il n’y a rien à redire de ce côté-là : tout est très bien dosé, une progression régulière des intrigues avec une première envolée émotionnelle à la mi-saison (si vous n’avez pas versé une larme devant la disparition d’Hodor c’est que vous n’avez pas de cœur), légère retombée avec quelques épisodes de transition pour bien préparer les deux derniers épisodes qui nous ont donné en moyenne six attaques (chacun). Aucun épisode n’a été inutile ou particulièrement pauvre, le plus gros reproche que l’on pouvait faire à la saison 5 est qu’absolument tout avait été fourré dans les trois derniers épisodes, donnant un effet d’indigestion. Ici nous avons toujours eu notre lot de révélations (enfin une explication sur l’origine des Marcheurs Blancs), de retournements de situations (le jeu de pouvoir entre Cersei et le High Sparrow), d’événements traumatisants (encore une fois la mort de Hodor mais également l’explosion du Septuaire dans l’épisode 10) ainsi que de moments absolument épiques (au hasard : la bataille des bâtards). C’est ce dosage qui fait que cette saison 6 est particulièrement réjouissante, on a de quoi se rassasier constamment et sans pour autant tomber dans la facilité comme on avait pu le voir précédemment. J’en veux pour preuve puisque cette saison est par exemple particulièrement (et fort heureusement) pauvre en nudité gratuite (bon a eu le droit à un magnifique service trois pièces pustulé mais passons) ou même en mort gratuites à part Osha dont le décès n’a foncièrement aucune utilité, ici la plupart des disparitions marquantes sont inévitables et suffisamment bien amenées pour ne pas être scandaleusement anecdotique (exception faite de Rickon qui restera le Stark le plus osef de l’histoire de la série).

useless-stark-rickon-game-of-thrones

Cette fluidité du récit est aussi due aux croisements d’intrigues qui étaient absents de la saison 5 et qui ici nous permettent d’être face à des équipes d’une classe infinie. D’un côté nous avons la team Jon-Sansa-Brienne-Podrick-Davos-Melissandre-Tormund alias le best mashup ever et de l’autre côté de la mer on a le droit à une team Deanerys-Tyrion-Varys-Theon-Yara-Olenna-Martell alias la team « Y en a marre des conneries on va défoncer Cersei ». (d’ailleurs je donne le trophée du ship à Daenerys et Yara, c’était fabuleux). En plus de fluidifier le déroulement du récit, cette élaboration d’équipe permet d’assouvir nos besoins de fan-service (très sain pour une fois).

Quand j'essaie de pécho

Quand j'essaie de pécho

Dans cette saison 6 nous avons été confronté à plusieurs thématiques, à l’instar de celle de l’affrontement religieux dans la saison 5.
On a tout d’abord (ce qui saute le plus aux yeux), celle de la résurrection et de la renaissance : entre Jon, Daenerys (oui on peut techniquement dire que son retour chez les Dothrakis et son bain de feu a été une sorte de renaissance), Theon qui retrouve son honneur et se relève en décidant de se battre, Sandor Clegane qui a fait un passage dans La Petite Maison dans la Prairie et Benjen, il y a de la résurrection ou plutôt du « en fait je suis pas mort lol » à tout les coins de rue ! Cela donne lieu parfois à des passages vraiment beaux comme lors de la Bataille des Bâtards avec Jon qui échappe à une deuxième mort, s’extirpe du tombeau de cadavre et de boue pour se retrouver à l’air libre : on l’a extirpé de la mort une première fois contre sa volonté, il en a été marqué, cette fois-ci il décide de lui-même de retourner à la vie, c’était magistral. 460f884d7a57dfd889fb6fc7659deac1
Ce thème est directement lié à celui exprimé par Littlefinger dans le dernier épisode : le passé est bel et bien révolu. Cela s’illustre par Bran qui devient la Corneille à Trois Yeux, Jon qui devient le roi du nord en envoyant chier les règles sur la succession au trône, Daenerys qui met un terme une bonne fois pour toute au règne des maîtres, etc. Mais surtout c’est marqué par toutes ces femmes qui prennent le pouvoir, veulent le prendre ou se libèrent : Cersei, Daenerys, Yara, les Martell, Arya et Sansa. La plupart des mâles dominants sont morts, certains comme des sous-merdes, c’est donc tout naturellement que les femmes mène la danse maintenant mais surtout, elles se vengent : Cersei enterre la religion après sa marche de la honte (bon il y a quelques retours de bâton mais il faut croire qu’elle n’en a cure), Arya reprend sa liste, la Mère des Dragons fonce sur Westeros, Sansa donne Ramsay en pâtée à ses chiens et Yara qui s’est faite voler le trône par une reproduction de Trump s’allie avec Daenerys. C’est un nouveau souffle salvateur pour la série et ça va donner lieu à des choses très poussées dans les prochaines saisons.

J'ai failli oublier celle qui met la honte à toutes les autres en 5 minutes

J'ai failli oublier celle qui met la honte à toutes les autres en 5 minutes

Il faut également s’arrêter sur la question épineuse de la réalisation. Par moment c’est peu recherché, d’autres fois c’est catastrophique et parfois c’est magistral. C’est d’autant plus rageant d’avoir une réalisation/effets spéciaux aussi bâclée quand on voit à quel point les deux derniers épisodes sont aussi poussés techniquement avec une réalisation qui fait sens, des plans séquences, des séquences embellies par la musique de Ramin Djawadi, etc. Il y a peut-être une raison : certes 100 millions de dollars pour une saison c’est énorme mais pour la comparaison, le film Warcraft avait un budget de 160 millions pour 2h, cette saison en faisait plus de dix, en terme de proportionnalité c’est forcément perdu et les équipes techniques ont dû à coup sûr tout donner pour les deux derniers épisodes et un peu moins s’attarder sur les 8 premiers. Évidemment ce n’est pas une raison pour faire des CGI toujours aussi dégueulasses par moment mais si les réalisateurs continue sur leur lancée, les saisons 7 et 8 pourraient bien être renversantes. D’autant plus que ces dernières ne totaliseraient plus que sept épisodes pour la saison 7 et six pour la huitième ce qui pourrait impliquer une meilleure répartition du budget et des talents, il y a donc de l’espoir !
Le point de réalisation qui m’a le plus marqué est l’explosion du septuaire dans le season final : autant la couleur verte du feux grégeois rendait très bien pour la bataille de la Nera, autant là en plein jour c’est vraiment immonde. Cette teinte verte alliée à cette luminosité donne un effet cartoon, en voyant l’explosion j’ai pensé au premier film Scooby Doo *quelqu’un a parlé de respect ?* ou à un quelconque film d’horreur/fantastique comique. On dirait vraiment que quelqu’un a lâché une énorme caisse et a fait explosé le bâtiment ! *ça part trop loin* UN ÉNORME PET *arrêtez-le*.
Bref, concluons !

game-of-thrones-episode-10-15

Cette sixième saison est l’une des meilleures de la Game of Thrones, si ce n’est la meilleure (avec les saisons 2 et 4 en concurrence). Elle a réussi à redorer le blason de la série, lui donnant même une tout autre envergure avec son évolution narrative et son envolée dans les deux derniers épisodes où nous avons pu voir notamment l’une des meilleures batailles médiévales de l’histoire de la TV et du cinéma. Il suffirait de corriger les quelques incohérences (numérique et spatiales notamment) ainsi que la réalisation en dent de scie pour faire de Game of Thrones une œuvre réellement à part, non plus seulement parce qu’on peut y voire du sang et du cul. Il faut que les scénaristes continuent à nous étonner.
Je vous dit à l’année prochaine pour la review de la saison 7 et d’ici là, cultivez-vous !

Ipemf

Ipemf
Suivez-moi !

Ipemf

Franc consommateur du 7e art. Mais pas que. Mais surtout de cinéma. Également responsable de publication et community manager, parce que sinon je m'ennuie.
Ipemf
Suivez-moi !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *