[Livre] YouTube Derrière les Ecrans – Tout, tout, tout, vous saurez tout sur le YouTube !

Vous êtes certainement nombreux’ses à passer un temps incroyablement long à regarder des vidéos sur YouTube, au point de sacrifier votre productivité par moment. Ne le niez pas, c’est aussi mon cas !
Mais que savons-nous exactement des pratiques de cet univers impitoyable de la création sur la plateforme ? Un certain nombre de choses me direz-vous, nous avons déjà vu passer beaucoup d’affaires plus ou moins intrigantes, voire même révoltantes, impliquant des créateurices : les networks, les rémunérations, le clickbait, l’algorithme et autres scandales auxquels on colle le mot « -gate » à tout bout de champ. Parfois, ce sont les vidéastes elleux-mêmes qui en parlent et nous avons tendance à leur faire confiance et à prendre ce qui est dit pour argent comptant, après tout, ces personnes sont dans ce milieu. D’autant plus que les médias extérieurs à internet ont tendance à se planter royalement lorsqu’ils évoquent ce monde, alternant mépris et imprécisions.
En réalité on ne sait que très peu de chose de YouTube, de son fonctionnement, alors que nous y sommes confronté’e’s chaque jour. C’est là qu’intervient Vincent Manilève, journaliste freelance spécialiste d’internet et co-créateur du podcast NoTube, et son livre Youtube Derrière les Ecrans. Ses artistes, ses héros, ses escrocs. qui a pour objectif d’analyser le phénomène des vidéastes et de YouTube, non pas en tant que simple effet de mode ou de pratique obscure réservée aux jeunes, mais comme ce qu’il est devenu : un média.

Auteur : Vincent Manilève

Date de sortie : 17 mai 2018

Éditeur : Lemieux

Genre : essai, enquête

Résumé : Dans les secrets d'un nouveau média planétaire qui s'ouvre à nous et dont le fonctionnement demeure encore nébuleux. Sous forme d'une enquête personnelle et fouillée, l'auteur nous fait découvrir les rouages de la planète YouTube. Le public français connaît ou a entendu parler de Cyprien ou Norman, mais ils sont des milliers à captiver leur audience de par le monde. Un océan d'images et de rendez-vous, de figures totémiques, de grands frères et de petites sœurs sympas se crée et se recrée chaque seconde sur YouTube. Les industries du textile et des cosmétiques raffolent par exemple de ces jeunes créateurs de "tutos" qui font et défont l'opinion mais sont parfois peu regardants sur leurs droits sociaux. Vincent Manilève nous met en garde sur les arnaques et la face cachée du social, mais nous révèle aussi les beautés et les potentialités de ce média du millénaire. Car YouTube est un art qu'il faut apprendre à apprécier. Ce récit concerne autant les fans de YouTube que les profanes des mondes virtuels.

 

En règle générale, je suis extrêmement méfiant quant aux œuvres et autres articles / émissions qui ont pour ambition de « tout révéler » sur les rouages de la plateforme et de ses acteurs. Bien souvent, il s’agit d’émissions TV qui ont plutôt pour but de faire dégouliner leur peur quant à ce médium, ou d’articles qui vont uniquement parler du salaire des créateurices ou de pratiques que l’on connaît déjà. Vincent Manilève ne tombe pas dans ces travers et nous propose une enquête extrêmement poussée qui analyse de nombreux points tout en apportant des pistes de réflexion intéressantes.
Et pour cause, l’auteur a baigné dans ce milieu : il a connu la première vague des stars du web dans ses jeunes années, a rédigé plusieurs papiers sur le sujet pour Slate, anime l’émission NoTube… Très vite, il devient évident que nous avons affaire à un passionné qui a su conserver son objectivité. Et s’il aborde les fameux sujets maintes fois ressassés de l’argent ou des contenus sponsorisés, ce n’est pas par le biais de cette fascination malsaine dont sont friands les médias traditionnels qui cherchent à déclencher en nous la révulsion. Dans les chapitres qui y sont dédiés, il s’agit de comprendre pourquoi de telles sommes sont en jeu, d’où elles proviennent et de déceler ce qui va en découler tout en se demandant si nous n’avons pas déjà atteint une forme d’abus dans certaines de ces pratiques.

Vincent Manilève

Pour concevoir cet essai, Vincent Manilève cite une trentaine d’acteurices de la plateforme (des vidéastes aux représentants de networks en passant par des employés de Google) avec qui il a pu s’entretenir. Certain’e’s se trouvent dans le haut du panier de la notoriété comme Cyprien, Antoine Daniel ou Gonzague, d’autre bénéficient d’une notoriété moindre comme MrMeeea, Thomas Hercouët ou Usul. Pour ma part, je n’ai pas caché ma satisfaction lorsque j’ai appris la présence de créatrices telles que BuffyMars, Charlie Danger, Clém ou Florence Procel qui apporte chacune des témoignages intéressants sur la question de la visibilité des femmes et des personnes racisées sur la plateforme ou sur celle du contenu que YouTube estime "inapproprié".
Il n’est ainsi pas rare de se retrouver surpris par certains de ces témoignages, tant par les situations ubuesques évoquées que par l’hypocrisie d’autres, hypocrisie souvent relevée par l’auteur. Celui-ci va jusqu’à relever les scandales les plus sensibles de la scène française comme le call out de InThePanda ou une affaire de détournement de mineures : pas question d’épargner ce monde qui est trop souvent analysé comme un milieu doré fait de success stories. Il fait également le choix de bien faire comprendre l’ensemble des difficultés de ce métier : « La figure du YouTuber, telle qu’elle a été construire par la société et les médias, laisse croire aux jeunes qu’ils peuvent atteindre célébrité et richesse en quelques clics, le tout sans forcément sortir de leur chambre. […] Or, cette impression que le succès est à portée de clic est à mille lieues de la réalité. ». Son but n’est pas de décourager celleux qui souhaitent tenter leur chance, mais de révéler l’investissement nécessaire ainsi que le caractère extrêmement fermé de ce microcosme. Et une fois le pas franchis, c’est un monde bien souvent cynique qui apparaît. Mention spéciale au patron de Mixicom qui explique que les partenariats de ses poules aux œufs d’or sont transparents, tout en ne cachant pas l’amoncellement de canettes Fanta (marque extrêmement présente chez les vidéastes comme Norman) dans son bureau.

Ainsi, on navigue de sujets en sujets, le tout expliqué avec précision, chiffres et sources à l’appui. Vincent Manilève va jusqu’à avancer la question extrêmement intéressante de l’avenir de la plateforme, savoir si les vidéastes peuvent exister en dehors de la corporation écrasante. L’achat de ce livre est nécessaire ne serait-ce que pour cette dernière partie qui est presque touchante, l’ultime déclaration d’affection pour ce monde qui émerveille, divertit, enseigne et passionne depuis plusieurs années, ne cessant jamais d’évoluer, souvent pour le meilleur, parfois pour le pire.
Ce livre est accessible à tous’te, aux parents qui souhaite en apprendre plus sur ce monde qui captive leurs enfants (si tenté qu’iels soient un minimum ouverts), une jeunes spectateurices afin qu’iels ouvrent les yeux sur certaines pratiques, ou aux médias traditionnels qui pourraient avoir la présence d’esprit d’analyser avec honnêteté ce métier.
N’hésitez donc pas à vous procurer cette enquête passionnante et passionnée.


Cultivez-vous !

Ipemf

Ipemf
Suivez-moi !

Ipemf

Franc consommateur du 7e art. Mais pas que. Mais surtout de cinéma. Également responsable de publication et community manager, parce que sinon je m'ennuie.
Ipemf
Suivez-moi !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *