[Jeux vidéo] Top & Flop 2016 : la sélection de Shark

L'année 2016 s'achevant, il est l'heure de faire les comptes. Bon certes, ce n'était pas la meilleure année du siècle, ce n'était même pas très bon. Mais dans le petit monde du jeu vidéo, ce fut tout de même une bonne année avec beaucoup d'excellents jeux, et des tonnes d'horreur bien évidemment. Ainsi, je vous propose une liste de quatre jeux qui m'ont marqué, trois de manière positive et un autre qui m'a laissé un sale goût en bouche. Ce top est à compléter avec celui de Duno, car elle parle de DOOM qui aurait pu être mon numéro un, bien au-dessus de tout le reste car c'est le jeu de l'année et je ne parle pas non plus de Steins;Gate 0 car un article viendra assez vite. Après ce moment de pub sponsorisé par le corporatisme, commençons.

3. Redout

Date de parution : 2 Septembre 2016

Développeur/éditeur : 34BigThings srl

Genre : course futuriste

Synopsis : vroum vroum les tutures du futur sur les murs

Plate-forme : PC

Avis : Après la disparition de nos radars de F-Zero et Wipeout, les fans de jeux de courses futuristes étaient tout chafouins et un vide se créa dans leurs cœurs. C'est alors que divers studios décidèrent de créer l'héritier de ces séries, c'est ainsi qu'apparurent Fast Racing Neo, Formula Fusion et surtout Redout. Ce jeu est la synthèse entre F-Zero et Wipeout et se permet d'enrichir le tout avec un système d'amélioration et un contrôle de l’assiette du véhicule. De plus, il est très joli avec de merveilleux effets de lumière, les gars de 34BigThings sont sûrement fiers. Un peu trop même, car des fois ça gâche la lisibilité du jeu et sachant que certaines cartes ont des passages assez tendus, on peut vite finir la tête dans le ravin. Le titre n'est pas parfait, mais il est régulièrement mis à jour et au moment où j’écris ces lignes (le 22 décembre) cinq nouveaux circuits ont été rajoutés. D'ailleurs, grands dieux qu'ils sont durs.

2. Dishonored 2

Date de parution : 11 Novembre 2016

Éditeur : Betheshda

Développeur : Arkane Studio

Genre : Infiltration, Action-aventure

Plate-forme : PC, Xbox One, PS4

Synopsis : Il y a la méchante qui a fait un coup d'état et l'impératrice Emily, qui est toute salée car on lui a piqué son trône, va à la ville de Karnaca pour trouver une manière pour le récupérer. [/!\ mort et violence]

Avis : Ah… Dishonored, ton univers impitoyable, ta ville crasseuse et tes humains aux fonds du gouffre. Le 1er titre nous faisait visiter la ville de Dunwall qui s'inspirait allégrement de Londres, et ce, jusque dans la météo. Désormais, le joueur déambule à Karnaca, ville du Sud de l'empire où il fait plus chaud, ce qui signifie que les cadavres pourrissent sûrement plus vite. Malgré quelques soucis mineurs et un lancement sur PC un peu chaotique, Dishonored 2 améliore chaque chose que son aîné avait entreprise. C'est un réel plaisir de parcourir Karnaca, de rechercher chaque secret, de tester les pouvoirs et surtout ceux d'Emily. Même si la narration est très convenue, celle intrinsèque à l'univers est une merveille. C'est une ville qui pullule de détails, de bestioles, d’effroyables êtres humains, créant l'ambiance pesante et lourde d'une ville en pleine déchéance. C'est un jeu d'une beauté crasse. Le tout est servit par un level design au poil et faisant preuve de créativité et d'intelligence rendant certains passages vraiment orgasmiques (cf: le manoir). Ici, plus que dans le titre précédent, le joueur est libre de faire comme bon lui semble, ce qui excessivement jouissif et l'approche agressive est enfin viable. En fait, mon seul regret concerne l'histoire de Corvo, puisqu'à plusieurs moments, j'ai eu l'impression assez étrange que les dialogues comme les niveaux ont été pensés pour Emily et que Corvo a été rajouté histoire de mettre un mec pour éviter que certains voient leurs castagnettes rouler au sol.

Best game 2016 (derrière DOOM faut pas déconner): Overwatch

Date de parution : 23 Mai 2016

Développeur/éditeur : Blizzard

Genre : FPS en équipe

Plate-forme : PC, Xbox One, PS4

Synopsis : Alors, il y a des héros dont la plupart sont membres de l'équipe d'intervention Overwatch et tout ce joyeux monde se tape dessus.

Avis : Un jour, Blizzard a dit « qu'un FPS compétitif soit », et Overwatch fut. Véritable rouleau compresseur, juste après sa sortie il était déjà en position de scander "veni vidi vici" sur le corps agonisant de Battleborn, très bon jeu de la même catégorie sorti juste un mois avant lui. Mais la machine infernale de Blizzard était lancée et désormais, on ne peut rien contre elle. Je le sais bien, car ce satané jeu roule allégrement sur ma productivité. Mais comment le lui reprocher, chaque héros est amusant à jouer, les mises à jour régulières équilibrant le tout ou rajoutant du contenu relancent souvent l'intérêt, les divers modes de jeu permettent de varier les plaisirs et c'est un jeu très accessible. Et oui, ce n'est ni Counter-strike ni Call of Duty, pas la peine d'être d'une précision extrême pour pouvoir faire quelque chose et s'amuser, il y a des personnages pour tous les niveaux, et même quelqu'un de mauvais à un FPS peu être bon ici. Une autre grande qualité d'Overwatch est que c'est un jeu qui a compris qu'il y a un problème de représentation de certaines catégories de populations et surtout dans les Triples A. Par exemple, voyez-vous souvent une Indienne dans un jeu ? Une grand-mère Égyptienne badass ? Blizzard a fini par comprendre que pour avoir un jeu qui s'adresse à toutes et tous, il faut représenter tout le monde. D'ailleurs, ça se voit aussi avec le dernier comics d'Overwatch où il est explicitement montré que Tracer a une copine, détail qui a son importance car les personnages LGBT+ (hors de ceux que nous créons nous-même) dans les gros jeux sont assez cachés. Ce qui montre que oui, on peut faire un jeu qui marche sans mettre 90 % de mecs blancs et aussi que tout le monde peut être un héros, car le monde aura toujours besoin de héros.

Le Flop : Starfox 0

Date de parution : 21 Avril 2016

Éditeur : Nintendo

Développeur : PlatinumGames

Genre : rail Shooter

Plate-forme : WiiU (retro gaming)

Synopsis : Le méchant Andros est en train de conquérir le système Lilat et comme les autorités compétentes sont dans la compote, elles font appel à l'équipe Star Fox.

Avis : Alors, je vous vois venir. J'ai bien fait un article dessus vous expliquant qu'en soit j'ai bien aimé Starfox 0 et que le gameplay était sympa. Mais il reste un jeu plus que moyen, on était en droit à s'attendre à plus et le jeu avait le potentiel pour être bien mieux. Le 1er problème, c'est le level design dont la qualité est en dents de scie et surtout, il ne laisse pas le temps au joueur de dompter les contrôles. Ce qui est fâcheux quand on a un système de jeu original et compliqué, c'est comme si on vous demande de piloter un hélicoptère après avoir tout juste lu le manuel. Ça ne marche pas. Surtout que le jeu attend de vous une grande précision, et ce dès le début, ce qui le rend quasiment inaccessible. Soit vous y arrivez, soit vous lancez votre manette par la fenêtre (ce qui n'est pas recommandé, vous perdrez la garantie). L'autre souci, c'est l'abyssal manque de contenu du titre : en 2016, à 60€ le jeu, on s'attend à un minimum, ne serait-ce que des modes débiles ou des objets à collectionner, là même pas. 9h suffisent à torcher le jeu. Très honnêtement, je pense que si Starfox 0 avait un bon level design et une vraie durée de vie ça aurait pu être très bon. Sauf que Nintendo a visiblement lâché la WiiU et le pauvre Fox est tombé avec.

Pour conclure :

En fait quand je regarde l'année 2016 vidéo-ludique, je me dis que, quand même, c'était une bonne année. Doom et Overwatch resteront sûrement dans les mémoires un bon moment tout comme Civilisation 6, Owlboy, Fire Emblem Fate et bien d'autres. Ce n'est pas les bons jeux qui manquent et vous pouvez passer de très bonnes heures avec ces titres, qui seront plus intéressant que votre repas de famille avec tonton beauf ou papy raciste. Sur ce, bonnes fêtes, faites vous plaisir et amusez/cultivez-vous ! 

Sharksymphonie

 

Sharksymphonie

Shark est un passionné d'animation japonaise de manga et de jeu vidéo. Besoin d'en dire plus?
Pour me contacter:Twitter etMail.

Les derniers articles par Sharksymphonie (tout voir)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *