[Cinéma] Les Nouveaux Héros – Big Hero 6

Attention : l'article qui suit, tout comme le film dont il est question, traite de sujets difficiles.
TW : mort.

Bonjour, mettons tout de suite les choses au clair : je ne suis pas mort ! En même temps, si j'écris c'est que tout va bien. D'ailleurs si j'écris ces lignes aujourd'hui, c'est pour vous parler de l’un des derniers classiques Disney : Les Nouveaux Héros.
Sorti en février 2015 en France, il a été réalisé par Don Hall (Winnie l'ourson) & Chris Williams (Volt, Star malgré lui) sur un scénario de Don Hall (Tarzan , Frère des ours). Le tout est mis en musique par Henry Jackman (Kick-Ass 1 & 2 , Les mondes de Ralph et tant d'autres), aidé pour la bande originale du film par Fall out Boy avec le titre Immortals extrait de leur dernier album American Beauty/American Psycho. Et bon dieu qu'est-ce que c'est jouissif !

Parlons chiffres, ce film n'est rien d'autre que le premier associant la magie du studio Disney à la vison futuriste du studio Marvel. Il est de plus une adaptation du comics éponyme de la Maison des Idées. Avec cette recette, le succès se devait d'être au rendez-vous. Et c'est chose faite car il devient le troisième film ayant rapporté le plus d'argent à la firme. Passant devant La Belle et la Bête, mais n'arrivant pas à dépasser Le Roi Lion et La Reine des Neiges qui lui est bien devant. Malgré ce succès, le merchandising n’est pas plus présent que ça, les studios souhaitant se concentrer encore et encore sur La Reine des Neiges
f4f1f54d55878a1deedd361e024d49ae

Côté scénario, nous avons là quelque chose de simple, compréhensible par petits et grands : Hiro Hamada, jeune génie de la robotique, découvre que quelqu'un menace de détruire la ville de San Fransokyo (oui, oui, vous avez bien lu). Aidé de Baymax et de ses amis qu'il va changer en super-héros high-tech, il va tout faire pour déjouer le complot de l’infâme Yokai. À cause de problèmes de droits d'auteur, certains lieux et personnages ont eu leur nom changé par rapport au comics. Prenons exemple sur le Samouraï d'argent : il apparaît en effet comme ennemi de Wolverine dans Le Combat De L'immortel, et étant donc une propriété de la Fox, il ne peut pas apparaître dans ce film. Je ne me focaliserai pas plus sur les comics, ne les ayant pas lus ; je peux juste vous dire que le film fut mal accueilli par les puristes au vu de certaines différences flagrantes, notamment dans l'apparence des personnages, qui ont été rendus plus enfantins pour coller à l'univers Disney.  Un exemple ci dessous avec le Baymax du comics d’une part et celui du film d'autre part.

cfbad9cdbdf4eae698587c9115655a7c

Entrons dans les détails maintenant. Si vous n'avez pas encore vu le film passez votre chemin, sauf si les spoils ne vous font pas peur. Vous devez vous poser des questions. Pourquoi Baymax ? Pourquoi des super-héros ? Qui sont-ils ? Les pingouins ont-ils des genoux ? Je vais tenter de vous répondre le plus clairement possible. Tout d'abord : oui, les pingouins ont des genoux.

Baymax est au début du film un assistant de santé personnel, construit et développé par Tadashi, le frère de notre jeune héros Hiro. Travaillant dans une école de génies de la robotique, Tadashi convainc son frère de s'y inscrire. Pour se faire, il doit participer à un concours dans lequel il doit présenter une de ses inventions... Et c'est le début des emmerdes.
Suite au décès de son frère, Hiro n'arrivant pas à faire le deuil, entame une dépression. Et c'est là que Baymax fait son grand retour, coincé entre le mur et le lit, mais un retour quand même.
Une dépression dans un Disney ? Oui, mais les temps ont changé et celle-ci est fréquente maintenant, alors quoi de plus normal que de la retrouver dans un film ? Pour faire comprendre aux enfants que tout ne sera pas toujours rose dans leur vie et qu'ils devront faire face à beaucoup de mauvaises choses. Et probablement pour leur faire comprendre que ce n'est pas en restant seul que cette dépression disparaîtra. Disney psychologue ? Pourquoi pas après tout.

002896rcvaf_0Et les personnages ? Oui, il n'y a pas que Baymax dans ce film, qui lui tient le rôle de gros nounours tout blanc, extrêmement attachant, que tu as juste envie de prendre dans tes bras, mais dans le fond, tu as plus de chance que ça soit lui qui te prenne dans les siens. De plus il a une fonction chauffante, que demander de plus ? Passons l'armure rouge à la Iron Man low-cost car ce n'était vraiment, mais vraiment pas obligé. Il y a aussi Hiro & Tadashi dont on a parlé précédemment et rajoutons à ce casting Fred, Wasabi, Go Go Tomago et Honey Lemon.
Parlons de Fred, cliché presque parfait du geek, ne se lavant que quelques fois dans le mois et ne changeant ses sous-vêtements que presque aussi souvent. Il ne manquait que les grosses lunettes rondes et les boutons pour que l'on ait le cliché parfait. Dommage Disney, ça sera pour une prochaine fois. Mais bon quand on a Stan Lee comme papa on peut tout se permettre. On regrettera que les autres personnages ne soient pas si approfondis que ça, ils ont chacun leur petit caractère et leur particularité mais rien de marquant vraiment, à part leur nom.

Le décor maintenant : s’appelant Tokyo dans les comics, la ville s'appelle ici San Fransokyo, mélange d'un petit village d'un côté, où l'on retrouve l'architecture classique Japonaise, et de l'autre une grande ville avec ses tours imposantes, ses écrans d'affichage en abondance et des choses complètement inutiles dans le ciel, mélange entre cerf-volants et éoliennes. Une petite touche américaine est ajoutée avec la présence du Golden Gate Bridge légèrement japonisé.

Selon moi, nous pouvons dire que c'est un défi réussi, le film est un chef-d’œuvre graphiquement parlant. Quant à l'histoire, nous avons là tout ce qu'il faut pour faire un bon film : les personnages sont attachants, tout particulièrement Baymax qui a bien entendu été créé dans ce but. La relation entre le robot et Hiro est très touchante. Nous avons aussi, comme dans tout Disney qui se respecte, une morale qui est, selon moi, le fait de faire comprendre aux jeunes que dans une période de deuil rien ne sert de s’isoler, hormis amplifier la tristesse, et qu’il faut s’entourer d’amis pour essayer d’atténuer cette souffrance. Ce film m'aura fait passer du rire aux larmes, et inversement. La joie, la tristesse, le rire, voilà ce qui vous attend en regardant cette œuvre.

be26abe76fb5c8a4921cf9d3e865b454-1406712982

Disney/Marvel nous offrent ici un chef-d’œuvre en tout point. En espérant que cette association ne soit pas la dernière. Seul, entre amis, en famille, je ne peux que vous conseiller de regarder ce film, tant le sentiment que j'ai ressenti à la fin de celui-ci était plaisant. J'ai sûrement été emporté par mon âme d'enfant mais je ne regrette en rien, car dans le fond nous sommes tous de grands enfants attendant notre belle histoire avant d'aller nous coucher. J'ai délibérément choisi de ne pas trop insister sur l'histoire pour ne pas vous enlever l'effet de surprise. Mais si vous n’avez toujours pas vu ce film, je ne peux que vous encourager à le regarder au plus vite !
Petit coup de gueule, quand même pour la version française qui a transformé l'une des meilleures répliques du film en quelque chose de ridicule. Je rétablis donc la vérité avec cette vidéo.
(Apparemment la Version Française Québécoise ne modifie pas ce moment, je ne peux donc que vous conseiller de regarder celle-ci.)

J’espère que cet article vous a plu mais n'oubliez pas qu'il ne s’agit là que d’un avis personnel, si vous n'êtes pas d'accord avec certains points, n’hésitez pas à en parler dans les commentaires.
Encore un grand merci à Inous pour l'image à la une de cet article.
C'était UnFlow, pour vous servir, & surtout n'oubliez pas : Cultivez-vous !

Unfl0w'

Unflow
Je suis là !

Unflow

Grand enfant & touche à tout du Web. J'aime donner mon avis et découvrir de nouvelles choses.
Je suis aussi sur Twitter.
Unflow
Je suis là !

Les derniers articles par Unflow (tout voir)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *