[Bande dessinée] Dieu en personne

Bonjour à tous et à toutes, aujourd'hui on s'attarde sur un auteur de bande dessinée chère à mon coeur : Marc-Antoine Mathieu ! Cet homme est l'auteur d'une vingtaine d’œuvres mais j'ai choisi de commencer par Dieu en personne car elle est, à mon sens, une bonne introduction à son travail.


Dieu en personne est donc une bande dessinée écrite par Marc-Antoine Mathieu, sortie en 2009 et éditée par Delcourt. Elle a par ailleurs remporté le grand prix de la critique ABCD qui récompense chaque année une bande dessinée s'écartant généralement des succès habituels. Je ne peux que vous conseiller de vous pencher sur les autres gagnants, il y a vraiment de la qualité !


Mais il est question ici de Dieu en personne, arrêtons donc de tergiverser et penchons-nous sur son contenu. Le scénario peut se résumer ainsi : lors d'un recensement, un homme n'ayant apparemment aucune attache avec le monde réel, à savoir aucun papier d'identité, aucun acte de naissance, prétend être Dieu. Après un séjour à l'hôpital psychiatrique et nombre de moqueries, il s'avère que cette personne dit la vérité : Dieu s'est incarné sur Terre sous forme humaine. À partir de là deux tendances vont se détacher : les personnes qui vont profiter de l'événement pour servir des intérêts privés (maisons d'édition, production, cultes religieux etc.) et les personnes qui vont en vouloir à Dieu pour à peu près tout puisqu'il est censé être l'origine de toute chose. L'humanité va donc se lancer dans un immense procès contre Dieu afin de déterminer s'il est juridiquement responsable, ou non, de toute chose.


Je reviendrai sur le scénario plus tard mais dans une zone spoiler afin de vous permettre d'apprécier les ressorts scénaristiques de l'oeuvre. Parlons donc rapidement du dessin, aspect bien entendu essentiel de la bande dessinée. Cette oeuvre s'inscrit clairement dans la lignée des autres travaux de Mathieu. En effet, elle est réalisée en noir et blanc, avec des nuances de gris bien sûr. Les visages et décors sont très peu détaillés afin que notre attention se porte sur le propos et les accroches aux lecteurs sont nombreuses. Par ailleurs, toute l'histoire s'inscrit dans un gauffrier de six cases, formes peu courante de découpage de l'action. L'idée du gaufrier plaira surement à l'auteur puisqu'il sortira deux ans plus tard 3" où toutes les pages sont un gaufrier de neuf cases mais je m'égare ! Il est également intéressant de noter que la forme du récit n'est pas fixe, c'est à dire que si l’œuvre débute comme un documentaire, ce ne sera pas sa forme définitive et on passera par le reportage, l'émission de télé réalité ou encore un point de vue omniscient détaché d'un cadre particulier.


Malheureusement pour commencer mon analyse, je me dois de révéler la fin de l'histoire. Si vous ne souhaitez pas être spoilé·e, je ne peux que vous conseiller ardemment de vous procurer cette oeuvre dont la portée est plus grande que ce qu'il n'y parait... Pour les autres, je vous invite à continuer votre lecture !

spoilers

Zone spoilers


Pour les besoins du procès, l'humanité décide de créer un ordinateur appelé H-1 qui est censé être la somme de toute les connaissances et de toutes les possibilités cognitives humaines. Ce H-1 serait, d'après ses créateurs, la seule interface capable de dialoguer avec Dieu car la plus proche de la pensée humaine sans l'ensembles des affects qui pervertissent une personne réelle. À la fin de l'oeuvre nous apprenons que Dieu n'est plus et le doute est laissé sur "Est-ce que Dieu n'était qu'un immense coup marketing d'une boîte de communication" ou "Dieu est-il simplement reparti comme il est venu" ? Toujours est-il que H-1 devient du coup utilisable par tout le monde et permet à chacun de devenir un "homme-dieu" d'après la BD. Ce constat souligne un sous-texte présent dans toute l'oeuvre : Dieu serait omniscient mais non omnipotent. Je m'explique, depuis le début de l'histoire il est montré comme passif, il ne cherche jamais à se défendre des accusations qui lui sont faites ou même à contredire ce qui lui est dit. D'ailleurs, si l'on est attentif·ive, on remarquera que Dieu n'est jamais montré de face, on le voit systématiquement de dos ou derrière une vitre qui le déforme. On peut donc supposer que l'auteur a souhaité exprimer une certaine distance entre Dieu et les hommes, comme si Dieu n'arrivait pas à comprendre les hommes. Cette idée est renforcée par les questions naïves qu'il lui arrive de poser. Dieu serait donc un degré de conscience supérieur et non une entité omnipotente qui régulerait et contrôlerait l'Univers. Ainsi, il est logique que H-1 provoque irrémédiablement la disparition de Dieu, ce dernier étant devenu inutile. "Dieu est mort" comme dirait Nietzche, la civilisation et la technologie l'ont tué.

Nieztche toujours badass !

Nieztche toujours badass !


Comme je le disais au début d'article, ce Dieu en personne est une excellente introduction à l'Univers de Marc-Antoine Mathieu : une bande dessinée qui joue avec les codes de celle-ci avec une portée et un propos philosophique qui mérite que l'on s'y attarde. Je ne peux garantir que vous apprécierez mais vous n'y resterez pas indifférent·e ! Nous reviendrons sans doute plus tard sur cet auteur car il y a moult choses à dire mais en attendant prenez le temps d'e-pen... Non merde, c'est cultivez-vous chez nous !

Duno

Duno

Fondatrice de la Colonie et souvent vindicative. Jeux vidéo, politique et musique sont mon quotidien et ma principale source d'inspiration.
Vous pouvez me contacter sur Twitter et par mail.

Les derniers articles par Duno (tout voir)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *